Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

NET

YORK.

A PARIS,
Chez CROCHARD, Libraire, cloitre Saint-Benoît, n° 16,

près la rue des Mathurins.

. 1824.

DE LIMPRIMERIE DE FEUGUERAY,

rue du Cloître Saint-Benoît, no 4.

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

Sur les Usages de la membrane du tympan es

de l'oreille externe. Par Ma Félix SAVART.

IY

A VAR D.

(Lu à l'Académie royale des Sciences le 29 avril 1822.).

Ii n'est guère d’organe dont les fonctions aient autant excité la curiosité, et qui ait donné naissance à autant d'hypothèses que celui de l'ouïe : néanmoins il est à remarquer que, même depuis les travaux de M. Chladni, aucune de ces hypothèses n'a été basée sur des données expérimentales positives. Je me propose, dans ce travail, de rechercher, par des expériences directes sur les vibrations des membranes et des substances qui ne jouissent que d'une rigidité imparfaite, comment il se fait que les mouvemens d'un corps qui vibre dans l'air puissent se communiquer aux diverses parties de l'organe de l'ouïc qui sont directement en contact avec le fluide qui nous environne. En conséquence, je diviserai ce Mémoire eu

deux Sections : dans la première, je parlerai de la communication des vibrations par l'air; et dans la seconde, je tâcherai de faire aux usages de l'oreille externe les applications qui me paraîtront découler le plus naturellement des expériences contenues dans la première Section,

SECTION PREMIÈRE,

s jer. De la Communication des vibrations par l'air,

Depuis long-temps on sait que les agitations produites dans l'air par un corps qui résonne peuvent devenir une cause suffisante d'ébranlement pour un second corps placé même à une grande distance du premier, pourvu cependant qu'ils soient tous les deux amenés à produire exactement le même nombre de vibrations dans le même temps, ou qu'ils soient à la quinte, à l’octave, à la double octave, etc., l'un de l'autre; en un mot, pourvu que les nombres de vibrations qu'ils exécuteraient si on les ébranlait directement, soient des multiples ou des sousmultiples l'un de l'autre. Cette expérience réussit trèse bien avec des cordes ; elle réussit de même avec deux disques de métal à l'unisson, et l'on peut, en les tenant dans une direction horizontale l'un au-dessus de l'autre, obtenir, au moyen du sable, des figures très-bien dessinées sur celle des deux lames qu'on n'ébranle pas direcą tement. Il était naturel de chercher à appliquer ces données au mécanisme de l'audition : aussi y a-t-il longtemps qu'on a avancé que la membrane du tympan jouis sait ,, au moyen des muscles du marteau, de la propriété d'être tendue plus ou moins fortement, afin de se trou.

« AnteriorContinuar »