Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ÉCOLE ITALIENNE.000. D. ZAMPIERI. Coocoo-- MUSÉE FRANÇAIS.

[ocr errors][merged small]

Io et

Nous ne reviendrons pas sur les détails biographiques déjà mentionnés, lorsque nous avons donné les tableaux de sainte Cécile, par Mignard et par Jules Romaiu , no. 290,

mais on sera curieux sans doute de connaître les inotifs, qui ont pu déterminer Dominiquin à représenter la sainte jouant de la basse de viole. On sait que ce peintre aimait beaucoup la musique, et qu'il en faisait un moyen de distraction contre les chagrins dont sa vie a souvent été abreuvée.

La basse de viole n'avait eu d'abord que cinq cordes. A la fin du XVIe, siècle on en ajouta une sixième ; le comte de Sommerset imagina de lui en donner huit; on en construisit même à douze cordes. Mais alors l'instrument devenait plus convenable

pour

rendre des effets d'harmonie que pour exėcuter des morceaux de chant. Aussi Sainte-Colombe , musicien français , célèbre à la cour de Louis XIV, crut ramener la basse à sa perfection en lui donnant sept cordes. Ce changement eut lieu vers 1636, et sans doute Dominiquin a voulu en perpétuer le souvenir..

On croit que ce tableau fut peint pour le cardinal Ludovisi. Apporté en France par M. de Nogent, il passa dans le cabinet de M. de Jabach, qui le vendit au roi. La tête de sainte Cécile est pleine d'expression ; ses beaux yeux sont remplis de l'amour divin, et le corps de l'auge qui est devant elle, rappelle la grâce et la noblesse dont Dominiquin savait embellir ses figures. Ce tableau a été gravé par E. Picart et par

J. G. Muller. Haut., 4 pieds 11 pouces; larg., 4 pieds 7 pouces.

[blocks in formation]
[ocr errors][merged small][merged small][merged small]
« AnteriorContinuar »