Imágenes de páginas
PDF
EPUB

COULOMMIERS Imprimerie Paul BRODARD.

HISTOIRE
DE FRANCE

DEPUIS LES ORIGINES JUSQU'À LA RÉVOLUTION

PUBLIÉE AVEC LA COLLABORATION DE

MM. BAYET, BLOCH, CARRÉ, COVILLE, KLEINCLAUSZ,
LANGLOIS, LEMONNIER, LUCHAIRE, MARIÉJOL, PETIT-DUTAILLIS, PFISTER,

RÉBELLIAU, SAGNAC, VIDAL DE LA BLACHE.

[merged small][merged small][graphic][merged small][merged small][merged small]

BEQUEST OF
A. L. CROSS
3-

2041

LIVRE PREMIER

CHARLES VII. FIN DE LA GUERRE DE CENT ANS

L'HÉRITIER du royaume de France, à la mort de Charles VI, AVÉNEMENT

DE HENRY VI L était, selon le traité de Troyes, Henry VI de Lancastre, alors

(21 OCTOBRE 1492). âgé de dix mois, et, conformément aux dernières volontés de Henry V, la régence revenait au duc de Bedford, puisque le fardeau n'en était point réclamé par le duc de Bourgogne. Le 19 novembre 1422, un mois après la mort de Charles VI, Bedford tint séance au Parlement de Paris. Devant les présidents du Parlement, l'évêque LE DUC DE BEDde Paris, le recteur de l'Université, les représentants du clergé et de FORD RECONNU la bourgeoisie, le chancelier fit une belle harangue, où il rappela

RÉGENT. que le soi-disant dauphin Charles avait été privé de ses droits sur la couronne de France, « pour l'occasion de 'horrible et détestable crime commis et perpétré en sa présence, de son consentement, commandement et adveu », au pont de Montereau; il assura que le duc de Bedford était prêt à gouverner la France « en bonne justice, en bonne paix et tranquillité », et conclut en invitant les assistants à jurer sur les Évangiles l'observation fidèle du traité de

1. SOURCES décrites dans l'Introduction de l'Histoire de Charles VII, de Du Fresne de Beaucourt, t. I, 1881 – Principaux documents publiés depuis : Chroniques de Guillaume Leseur (1893), d'Esquerrier et Miégeville (1895), de Morosini (t. II et III, 1899-1901); le Jouvencel (1887-1889); Guérin, Documents concernant le Poitou de 1403 à 1447 (1896-1898); Douais, Charles VII et le Languedoc, Annales du Midi (1896-1897). – Pour les sources anglaises, consulter Charles Gross, The sources and literature of English history, 1900.

OUVRAGES A CONSULTER pour toute la période : Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, 1881-1891, 6 vol. « Exposé du rôle du roi dans les événements accomplis sous son règne » (Guide très sûr). Vallet de Viriville, Histoire de Charles VII et de son époque, 1862-1865 (encore utile). J.-H. Ramsay, Lancaster and York, 1892, 2 vol. Biographie générale Didot, Dictionary of National Biography (articles de première main sur les hommes du xv° siècle.) Notices biographiques de M. Cosneau dans la Grande Encyclopédie. Pour la critique bibliographique, voir Ch. Petit-Dutaillis, Histoire politique de la France au XIV° et au XV° siècle, Revue de Synthèse historique, 1902.

2. Voir t. IV, 1re partie, p. 390.

IV. 2.

AVÉNEMENT
DE CHARLES VII.

Troyes. Tous prêtèrent le serment demandé, sans hésitation ni murmure. Les narrateurs les plus dévoués à la cause bourguignonne avouent cependant qu'une lourde tristesse pesait sur Paris. En l'absence de l'enfant royal, en l'absence des princes du sang, le nouveau règne s'inaugurait sans joie .

Charles, le « soi-disant dauphin », était alors en son château de Mehun-sur-Yèvre, aux environs de Bourges. Il arrivait de la Rochelle, où il avait failli périr : le 11 octobre, le plancher de la salle où il se tenait s'était écroulé. Deux semaines après le terrible accident dont le souvenir le faisait encore trembler, il apprit la mort de son père. On leva dans la chapelle de son château une bannière de France et ses hérauts crièrent : Vive le Roi! Telle était l'obscurité de sa vie que, pendant plusieurs mois, en certaines provinces éloignées, on crut qu'il avait péri à la Rochelle; au cours de l'hiver, des messagers de la fidèle ville de Tournai vinrent en Berry demander si le roi Charles VII était mort ou vivant. Sa chancellerie cependant expédiait des ordonnances au nom de « Charles, par la grâce de Dieu, roi de France », tandis que la chancellerie parisienne en rédigeait d'autres au nom de « Henry, par la grâce de Dieu, roi de France et d'Angleterre ».

Depuis treize ans, la France était partagée en deux camps; l'avénement de Charles VII et de Henry VI la partageait entre deux rois. Les deux compagnies qui avaient possédé jusqu'alors, après la personne du roi, la plus haute autorité morale, le Parlement et l'Université de Paris, avaient reconnu pour souverain un Anglais. Treize ans de guerres atroces n'avaient pas épuisé les malheurs que la France devait subir.

1. Journal d'un bourgeois de Paris, éd. Tuetey, 1881, $ 371. Impressions d'un Normand : Cronicques de Normendie, éd. Hellot, 1881, p. 70. — Pendant les premières années de la régence, sans cesse courut le bruit que le jeune Henry VI était mort. (Chronique de Morosini, éd. Dorez et Lefèvre-Pontalis, t. II, p. 226 et suiv.)

« AnteriorContinuar »