Imágenes de páginas
PDF
EPUB

OUVRAGES DU MÊME AUTEUR

6 >

12

3

1 50

Introduction à la Philosophie de Hegel, deuxième édition, revue

et augmentée de Notes et d'une Préface, 1 vol. in-8°..... Logique de Hegel, traduite pour la première fois, et accompa

gnée d'une Introduction et d'un Commentaire perpétuel,

2 vol. in-8° ....
Problème de la certitude, 1 vol. in-8°...
Platonis, Aristotelis et Hegelii de medio termino doctrina, in-8°.
Inquiry into Speculative and Experimental Science, in-8°,

Londres, chez Trübner.
History of Religion and of the Christian Church by Bretschneider,

Translated into English, in-4°, Londres, chez Trübner.....
L'Hégélianisme et la Philosophie
Mélanges philosophiques..
Essais de philosophie hégélienne..
Philosophie de la Nature de Hégel, traduite pour la première

fois, et accompagnée d'une Introduction et d'un Commen-
taire perpétuel, 3 vol. in-8°.

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

SOUS PRESSE :

Deuxième volume de la Philosophie de l'Espril.
Premier volume de la Philosophie de la Religion de Hegel, traduite pour

la première fois et accompagnée d'une Introduction et d'un Commentaire perpétuel.

Paris. — Imprimerie de E MARTINET, rue Mignon, 2.

[blocks in formation]

Rue de l'École-de-Médecine, 17.
Londres

New-York
Hippolyte Bailliere, 249, Regent street. Bailliere brothers, 410, Broadway.

1867

Tous droits réservés.

[blocks in formation]

-17-39 V.

AVANT-PROPOS

La Philosophie de l'esprit formę, comme on sait, la troisième et dernière partie de l'Encyclopédie des sciences philosophiques. Par conséquent, j'achève, en la publiant, la tâche que j'ai entreprise de faire connaître le système hégélien dans sa forme griginale, et en son entier. Dans cette dernière partie, j'ai suivi, et pour les mêmes raisons, le plap que j'ai adopté pour la Logique et la Philosophie de la nature, c'est-à-dire j'ai traduit le texte aussi littéralement que possible, plus littéralement peut-être que celui de ces deux autres parties, en y ajoutant aussi un commentaire perpétuel et une introduction. Seulement, l'introduction, j'ai cru devoir la partager en deux, qu, pour mieux dire, au lieu d'une introducțion j'ai cru nécessaire d'y en ajouter deux, dont l'une serait naturellement placée en tête du premier, et l'autre en tête du second polyme. Ce qui m'a engagé à agrandir ainsi les limites de mon travail, c'est d'abord que le champ de l'esprit est si vaste, et les problèmes qu'il renferme sont si multiples eļ si complexes, et ils pénètrent si profondément dans notre nature

[ocr errors]

et dans la nature des choses en général, que j'ai cru devoir l'entourer d'autant de lumière qu'il m'a paru convenable; c'est ensuite que cet arrangement m'était imposé par la forme même du livre. A partir, en effet, de la seconde partie qui traite de l'esprit objectif jusqu'à la fin, on n'a plus de Zusatze, mais seulement des paragraphes, c'est-àdire on n'a plus que l'exposition sommaire et strictement scientifique de l'idée, sans les développements qui l'accompagnent dans ces appendices. C'est que les matières contenues dans la deuxième et la troisième partie ont été séparément traitées par Hégel dans des ouvrages distincts, c'està-dire dans sa Philosophie du droit, dans sa Philosophie de l'art, dans sa Philosophie de la religion, et dans sa Philosophie de l'histoire. Par conséquent, Hegel n'avait qu’à marquer ici les traits essentiels de l'idée, et renvoyer, pour les éclaircissements et pour une exposition plus complète de sa pensée, à ces ouvrages. Mais ma tâche, telle du moins que je me la suis imposée, est différente; car en publiant l'Encyclopédie des sciences philosophiques, j'ai voulu faire connaître la philosophie de Hégel d'une manière aussi complète que possible, et, par suite, j'ai dû remplir la lacune que présentent la deuxième et la troisième parties de la Philosophie de l'esprit, non-seulement par le commentaire, mais par une seconde introduction où seront traitées surtout les questions contenues dans ces parties.

Quant au texte, j'ai suivi la rédaction de Boumann, en la comparant, là où la comparaison était possible, avec la Petite Encyclopédie rédigée par Rosenkranz. Pour ce qui concerne l'exactitude de la rédaction de Boumann, je ne puis exprimer aucune opinion, par la raison que je n'ai pas

« AnteriorContinuar »