Imágenes de páginas
PDF
EPUB

DU MÊME AUTEUR

CALMANN LÉVY, ÉDITEUR

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

Droits de trcduction et de reproduction réservés pour tous les pays, y compris

la Suède et la Norvège.

Coulommiers. – Imp. Paul BRODARD.

[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

PARIS
CALMANN LÉVY, ÉDITEUR
ANCIENNE MAISON MICHEL LÉVY FRÈRES

3, RUB AUBER, 3

1892

SUR LA

LITTÉRATURE CONTEMPORAINE

o recat 4-9-45 RGF

LA CRITIQUE IMPRESSIONNISTE

Lorsque l'on fait soi-même profession ou métier de critique, s'il est toujours facile, - et tentant quelquefois, — d'opposer son opinion à celle de ses confrères, de louer le roman qu'ils condamnent, de blâmer l'écrivain qu'ils admirent, il l'est déjà moins de se donner les airs de les juger eux-mêmes, et d'affecter ainsi sur eux je ne sais quelle espèce de supériorité. Cela sent, comme l'on dit, son pédant de collège. Mais ce qui est bien plus difficile encore, ce que l'on craint à bonne enseigne qui ne paraisse un peu outrecuidant, c'est de leur reprocher qu'ils entendent mal leur science ou leur art parce qu'ils l'entendent autrement que nous; c'est d'oser le leur dire; et c'est enfin de prétendre que leur manière de penser se soumette ou se convertisse à la nôtre... Il y faut cependant venir : d'abord, pour ne pas être dupe, — ce qui est la chose du monde qu'on nous pardonne le moins, dans ce siècle d'américanisme; – et puis parce que, dans ces sortes de querelles, comme on le verra tout à l'heure, les questions de personnes recouvrent des questions de principes. Née avant nous, et destinée à nous survivre, il y a longtemps qu'en effet la critique serait morte, si elle n'avait un objet, un rôle, une fonction, extérieurs ou supérieurs à l'idée que s'en font M. Anatole France, M. Jules Lemaître, M. Paul Desjardins, quelques autres encore que je pourrais citer; — et moi-même.

Ai-je besoin de dire ici que je fais le plus grand cas de M. Anatole France, de sa manière aimable, ironique et fuyante, où de si subtiles pensées s'enveloppent de si jolis voiles, avec tant d'élégance, de nonchalance, et au besoin de négligence? Je n'en fais guère moins de M. Jules Lemaître; et, ayec « tout Paris », je m'amuse, ainsi qu'il convient, de ses doctes gamineries, où tant de naïveté, d'ingénuité même, s'allie toujours à tant d'esprit et quelquefois de bon sens. Son chef-d'ouvre est peut-être l'oraison funèbre de Victorine Demay — du concert de l'Horloge ou des Ambassadeurs — et le récit qu'il nous a laissé de l'entrevue de la chanteuse populaire avec le savant auteur de l'Histoire générale et comparée des langues sémitiques. Nul d'ailleurs n'écrit

« AnteriorContinuar »