Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

DE L'ÎLE DE

LA TRINIDAD

SOUS LE GOUVERNEMENT ESPAGNOL

Par M. Pierre-Gustave-Louis BORDE

SECONDE PARTIE

(1498 à 1797)
DÉCOUVERTE, CONQUÊTE ET COLONISATION

.. Celui qui regarde les événements du
passé avec les yeux de son époque est exposé
à plus d'une chance d'erreur. Maintes fois,
alors, c'est un panorama où les objets sont à
faux jour, parce qu'on est placé hors du point
de vue.

Michel CHEVALIER.

nema

PARIS
MAISONNEUVE ET Cio, LIBRAIRES-ÉDITEURS

25, QUAI VOLTAIRE, 25

Droits de traduction et de reproduction réservés.

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

AVANT-PROPOS

Ce second volume termine notre étude sur les origines de la Trinidad. Après dix-neuf années de patientes recherches (1861-1880), nous avons enfin la satisfaction de pouvoir la présenter entière à nos compatriotes.

Nous disons entière, et non pas complète; car, pendant la période qui s'étend de la mort de Don Fernando de Berrío (1622) aux missions des PP. Capucins catalans (1687), bien pauvres sont les renseignements que nous avons pu nous procurer sur la colonisation de l'île. Pour cette époque, qui est celle de l'annexion de la Trinidad au gouvernement de la Nouvelle-Andalousie, tout nous a manqué, livres et documents. D'une part, les tremblements de terre et les incendies dont a souffert Cumaná, le chef-lieu de ce gouvernement, en ont détruit les archives, et, de l'autre, les historiens espagnols, si prolixes d'ordinaire quand il s'agit de la découverte et de la conquête des colonies du Nouveau-Monde, sont demeurés silencieux, en général, sur les incidents de leur colonisation. Ce silence est à ce point profond qu'il nous a été impossible de rencontrer dans leurs écrits les noms mêmes des gouverneurs de cette période. Nous en découvrons bien, dans le dictionnaire d'Alcedo, deux listes de ceux de la Nouvelle-Andalousie, dont une pour Cumaná et l'autre pour la Guyane, ce qui ferait croire que la Trinidad a continué à avoir un gouvernement dont le siège était à Santo Tomé; mais cette présomption, qu'il nous a fallu accepter comme vraie, est loin de présenter un caractère de certitude absolue.

Ceux de ces historiens qui se sont particulièrement occupés des provinces septentrionales du continent sud-américain sont au nombre de cinq. Le premier, par ordre de date, le P. Pedro Simon, écrit son histoire de Tierre-Firme dès 1625, alors que la coloni- .

« AnteriorContinuar »