Monographie de la famille des hirudinées

Portada
Baillière, 1846 - 448 páginas

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 168 - M. Auguste Odier a été témoin de l'accouplement de la Branchiobdelle. On a vu plus haut que dans ce genre les organes sont placés en sens inverse, la vulve en avant du pénis. Dans la copulation, deux individus rapprochés prennent un point d'appui, au moyen de la ventouse anale qu'ils fixent sur quelque corps étranger. Puis ils s'enlacent comme deux anneaux d'une chaîne en recourbant chacun leur tête vers la partie postérieure du corps. Dans cette position leurs deux surfaces postérieures...
Página 258 - Symptomatologie il attache une grande importance aux fissures de la plante des pieds et de la paume de la main le psoriasis palmaire et plantaire de Ricord, qui le regardait comme la „signature de la vérole".
Página 143 - ... masse • blanche opaque semblable à du blanc d'œuf coagulé. » Derrheims a conclu de l'analyse de ce sang : 1° que le caillot ne contient qu'une quantité à peine appréciable de fibrine qui s'y trouve dans un état de division extrême ; 2* Que la matière colorante y est en quantité plus grande que dans le sang des mammifères ; 3°...
Página 186 - ... d'une gelée tremblante ; sa saveur est fade', et ne donne aucun indice d'acidité ou d'alcalinité. Cette matière molle est peu altérable , et se conserve plusieurs jours sans éprouver d'autres changemens qu'une légère dessiccation , si l'air est sec et chaud. En perdant l'eau à laquelle était due sa consistance molle , elle se transforme en un corps friable et transparent qui ressemble à de la colle de Flandre. Devenue tout-à-fait solide , elle est réduite au huitième de son poids....
Página 143 - ... qu'il ne forme point de cruor ; les deux parties restent • liquides : celle du fond est d'un rouge violet, elle n'a point « d'odeur particulière, son goût est fade, et, par un repos pro• longé, il ne s'en sépare ni fibrine, ni matière colorante ; la • partie qui surnage est fauve, elle ne parait ni acide ni alca« linc; exposée à + 40° centigr., elle se prend en une masse • blanche opaque semblable à du blanc d'œuf coagulé.

Información bibliográfica