Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Et à M. D. Brévot, instituteur à Colombe-le « Presque tous mes amis glorieux sont absents Sec (Aube), auteur du mémoire n° 139 (les Eglises de Paris en ce moment; je le regrette, mais je libres dans l'État libre).

sens tout de même leur esprit supérieur planer Le prix étant de 10,000 fr., les auteurs de ces sur la grande ville et sourire à mon projet; je deux mémoires recevront chacun 5,000 francs. sens leur grande âme pénétrer toute la vie pari

Des récompenses ont, en outre, été attribuées sienne, et je désire qu'ils sachent que, même aux mémoires suivants :

absents, ils m'inspirent toute cette sympathie qui 2,000 fr. au n° 233 (Sincérité et tolérance). me fait, en Italien civilisé, bénir la France,

1,000 fr. à chacun des no* 86 (Oculis subjecta comme source de tous les grands sentiments mofidelibus), 132 (Spiritus flat ubi vult) et 138 (C'est dernes. Avant d'aller représenter mon pays et ici un livre de bonne foi).

mon gouvernement au Congrès international des Les enveloppes renfermant les noms des au orientalistes à Stockholm, je me suis imposé ce teurs de ces quatre Mémoires ne seront ouvertes détour. Dans toute auvre internationale, Paris que s'ils en expriment le désir.

tient la tête du monde; et puisque je passe pour Les manuscrits non récompensés sont à la dis l'écrivain le plus international de mon pays, position de leurs auteurs, qui peuvent les retirer c'est ici que je viens chaque fois retremper mon au secrétariat de l'Institut, de deux heures à esprit de patriote international. quatre heures, tous les jours, excepté les diman a Le Figaro, sans que j'aie l'honneur de conches et fètes, à partir du 1" août.

naître personnellement ses spirituels rédacteurs, Les auteurs des mémoires n° 26, 78, 95, 99, s'est occupé souvent avec bienveillance de mes 109, uo, 113, 123, 125, 146, 158, 159, 160, 161, efforts littéraires au delà des Alpes. C'est par le 166, 167, 177, 185, 187, 194, 197, 203, 211, 212, Figaro, que je salue donc tous mes chers con218, 231, 238, 262, 263, 280, 282, 28:, sont priés frères de France. Ah! si la sympathie, si facile à de les laisser provisoirement s'ils désirent qu'il naitre entre les écrivains, pouvait seulement s'éen soit parlé dans le rapport.

tendre jusqu'aux hommes d'État, quelle bonne politique on pourrait alors faire dans l'intérêt de

nos deux pays! car la meilleure politique est France et Italie. – M. Angelo de Gubernatis,

encore et toujours celle qu'on fait par le sentile grand écrivain bien connu des lecteurs du

ment; si ce sentiment est généreux, on gagne Livre, vient d'adresser cette lettre au Figaro :

grand jeu des deux côtés, et la France n'a jamais Paris, 11, boulevard des Italiens, été surprise en défaut de générosité. 5 août 1889.

« En tous les cas, monsieur, j'avais besoin de Monsieur,

crier vers quelqu'un mon Vive la France! et a Moi aussi, comme tant d'autres, comme tout vous me pardonnerez de m'être adressé à vous. le monde, je me trouve à Paris. Je m'y trouve,

( ANGELO DE GUBERNATIS. » parce que la France et son Exposition m'attirent, mais surtout parce que depuis longtemps je désire écrire un livre sur la France contemporaine, dans l'intention de montrer et de prouver, à mes Espagne. Calligraphie castillane. – On Italiens surtout, combien elle est grande et belle lit dans le Boletin Bibliografico de Lima (1h juilet digne de nos sympathies et de notre admira let) : Un habile calligraphe sévillan a copié très tion. Je reviens après quelques années d'absence exactement l'auvre de Cervantès, D. Quijote de respirer de nouveau cet air de France; je me suis la Mancha, dans un cahier de papier à cigarettes toujours intéressé à votre littérature, et par la de cent vingt feuilles. Ce travail était destiné à littérature, j'ai appris à aimer et à apprécier l'Exposition de Paris. Ce microscopique chefvotre pays; maintenant je traverse la France d'oeuvre se trouve, sans doute, dans l'immense pour sentir son souffle vivifiant, avant de re espace qui s'étend des bornes du Champ de Mars prendre la plume et de me mettre en campagne à celle de l'Esplanade et du Trocadéro; mais

nous avouons ne l'y avoir point vu,

pour elle.

[blocks in formation]

- Le Bulletin des comptes rendus de l'Académie des inscriptions et belles-lettres pour janvier La Revue de l'École des chartes (mai-juin) février contient un fragment de l'ouvrage auquel plusieurs articles fort intéressants. Nous citeM. Charles Nisard mettait la dernière main lors rons particulièrement une note de l'abbé L. que la mort est venue le surprendre. Il est inti Duchesne « sur l'origine du cursus ou rythme tulé : « Des rapports d'intimité entre Fortunat, prosaïque suivi dans la rédaction des bulles ponsainte Radegonde et l'abbesse Agnès, »

tificales », note que nous recommandons à M. H. P. Liddon, le nouvel éditeur anglais de l'Imita

tion de Jésus-Christ (Londres, Elliot Stock, On lira avec intérêt, dans le Correspondant

éditeur. Voir la Chronique bibliographique du du 10 août, l'article du vicomte de Meaux sur le

Livre du mois dernier); la fin de l'étude de centenaire du journal des Débats.

M. H. Omont sur les « Manuscrits relatifs à

l'histoire de France conservés dans la biblio- L'Instruction publique (3-10 août) publie une thèque de sir Thomas Phillips à Cheltenham v; étude de M. F. Thomas sur Descartes et Gassendi des « Recherches sur les débuts de l'imprimerie et la fin du rapport de M. O. Gréard, De l’édu à Provins », par M. Henri Stein, et « Un ancien cation morale et physique dans les lycées. Dans règlement de la bibliothèque Sainte-Geneviève » son numéro du 20 juillet, le même journal don- mis au jour par M. Ch. Kohler, dont on a trouvé nait, sous le titre: le Vieux théâtre anglais: une l'analyse plus haut. vengeance de femme, quelques pages intéressantes consacrées par M. A. Büchner à Beaumont et Fletcher et à leur pièce the Maid's

- La Revue indépendante de juillet contient Tragedy.

un curieux article de M. Charles Mauras sur

Théodore Aubanel. Y lire aussi, dans la critique La Revue bleue du 3 août contient une étude

littéraire, ce que M. J.-H. Rosny pense de de M. Anatole France sur le Faust de Gæthe,

M. Paul Bourget et de son livre récent le Disciple. sous forme de lettre adressée au nouveau traducteur du grand poète allemand, M. Camille

La Revue socialiste, que dirige M. Benoit Benoît.

: Malon, publie, dans son numéro de juillet, la

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

un

[ocr errors][ocr errors][merged small]

pas mince!

[ocr errors]

conférence faite par le D' Bourneville, à la Société Gazette de France. 11 août: Semaine litté-
de la libre-pensée du Ve arrondissement, le raire de M. Armand de Pontmartin à propos des
18 mai, sur Étienne Dolet. Le morceau, forte études sur le Théâtre contemporain de Paul de
ment empreint de parti pris politique, n'en mérite Saint-Victor.
pas moins d'être lu.

Gil Blas. 30 juillet: Une saisissante ballade,

de Jean Richepin intitulée les Tristes Noces. – Nous avons à signaler, dans le Samedi-Revue

6 août: La Pompe à vapeur, récit amèrement du 3 août, la causerie littéraire de M. Victor

gai, où Jean Richepin esquisse avec son relief et Fournel sur « Une nouvelle biographie de Mo

sa couleur ordinaires un type de cabot bien parlière ». Il s'agit de la biographie écrite par

ticulier. M. Paul Mesnard et formant le tome X du Mo

9 août : Félix Pyat, par Jacqueline; et la cau. lière des « Grands écrivains de France ». (Ha

serie littéraire où M. Paul de Ginisty parle chette et Cie.)

surtout du livre de M. Julien Tiersot, Histoire Articles notés dans les journaux quotidiens :

de la chanson populaire en France. - Autorité. 24 juillet : Une chronique où, à

- Matin. 10 août: Chronique parisienne où propos du livre de M. Ch. de Ribes, Une grande

Aurélien Scholl parle avec une amicale sympathie

de Félix Pyat. dame dans son ménage, Jean Balva trace tableau de la vie domestique dans la haute Moniteur universel. 5 août: Un parvenu sous société à la fin du xviie siècle.

Henri VI (Jean de Vienne), par le vicomte de

Gérard.
Débats. 23 juillet: Compte rendu du livre
de M. Harry Alis, Quelques fous, par M. Paul · Paris. 2 août: Billets du matin, au cousin
Bourget. S'il est un peu tardif, l'honneur n'est T. du Temps, par M. Georges Montorgueil.

12 août : Les Jeunes, par le même.
3 août : Sous ce titre Hors de France, M. Arvède
Barine étudie Olivier Goldsmith et aussi, dit le

Parti national. 21 juillet : Réforme orthosous-titre, « le roman anglais contemporain » ;

graphique, par M. B. Lafargue. mais il nous a été impossible de trouver dans

27 juillet : Causerie littéraire de M. Francisque l'article autre chose que le Vicaire de Wakefield.

Sarcey sur les Lettres de l'inconnue. 14 août: Compte rendu d'un roman de Vernon

13 août : Causerie théâtrale de M. Adolphe Lee, Miss Brown, traduit par Robert de Cérisy, Brisson sur le quatorzième volume des Anavec préface de Paul Bouget, par M. J. Bourdeau.

nales du théâtre et de la musique, publiées par

MM. Edmond Stoulhy et Edmond Noël. – XIX: Siècle. 7 août : Chronique miel et

14 août: Paris qui passe, article de M. Georges vinaigre de M. Paul Ginisty sur Félix Pyat et Price sur Villiers de l'Isle-Adam. son théâtre.

République française. 26 juillet: Edgar - Écho de Paris. 20 juillet : Une poignante Quinet depuis l'exil, par le D' J. Elie Pécaut. étude psychologique d'un cas de folie intitulée Arachné, par M. Marcel Shwob.

Temps. 28 juillet : La Vie littéraire de 23 juillet : La critique d’Un homme libre de M. Anatole France, où il étudie les contes Maurice Barrès, par M. E. Lepelletier.

chinois. 30 juillet : Un conte de Théodore de Banville 12 août : Chronique théâtrale de Francisque intitulé Seulement...

Sarcey, à propos du Maître Guérin d'Emile 6 août : La Femme du peintre, par Octave

Augier. Mirbeau.

14 août: Chansons populaires; le Soldat, par Événement. 5 août: le Roman et le Monde, M. Anatole France, à propos du livre de M. Tierpar Pierre de Lano.

sot: Histoire de la chanson populaire en France. Figaro. 10 août: Le Meilleur Amour, nouvelle par le comte de Villiers de l'Isle-Adam.

ÉTRANGER France. 31 juillet : Chronique de M. Francisque Sarcey sur la distribution du concours Allemagne - Un journal hebdomadaire de général à la Sorbonne.

bibliographie publié à Leipzig chez l'éditeur 4 août : Critique du livre de Paul Bourget, le Julius Wiesenthal, et dirigé par M. Julius Disciple, par M. Raoul Frary.

Steinschncider, Das Archiv, donne une sorte de

[ocr errors]

série de la correspondance de Gustave Flaubert, parue récemment.

supplément qu'il intitule Literarhistorisches Beiblatt, et qui contient, dans les numéros 31 et 37 de cette année, une étude fort bien faite et remarquablement écrite en français sur Jean-Jacques Rousseau et le Contrat social. L'auteur de cette étude est le professeur Louis Feller, qui vient de fonder à Berlin (A. Dressel, éditeur) un journal rédigé en français et paraissant trois fois par mois, sous le titre le Salon et la Famille. Cette nouvelle et intelligente entreprise est un nouvel indice que la langue française ne perd pas de terrain dans l'empire de Sa Majesté Guillaume II. Nous citerons aussi le numéro 37 de Das Archiv, une étude sur les chants de l'Edda (Neue Versuche zur Deutung der eddischen Liederj, par M. Rudolf Gætte, à propos du livre que M. C. Aug. B. Schierenberg a récemment publié (Francfortsur-le-Mein, Reiz et Kæhler) sous ce titre bizarre: Der Ariadnefaden für das Labyrinth der Edda oder die Edda eine Tochter des Teutoburger Waldes.

Sous le titre collectif de Bookworms of Yesterday and To-day, le bibliographe distingué qui rédige en chef la jolie et utile publication de M. Elliot Stock, the Bookworm, publie, sous la signature A. Bookhunter, des notes piquantes sur la bibliothèque de notre éminent collaborateur M. Henry Spencer Ashbee. Nous croyons savoir, cependant, que le savant bibliophile n'a point ouvert à notre confrère les portes de son enfer, ni ne l'a invité à feuilleter certains catalogues raisonnés qui ont illustré le pseudonyme de Fraxinus Pisani.

Deux articles ressortent, dans the Gentleman's Magazine d'août, pour le lecteur français : D’Israeli the Novelist, par M. William E.A. Axon, et Dumas' Henri Trois, par M. H. Schütz Wilson. Ajoutons-y A Dream of Dante (Un Rêve de Dante), poésie lyrique par Isabella J. Postgate.

Outre la suite de la « bibliographie militaire belge » que nous avons déjà signalée, nous remarquons dans le Centralblatt für Bibliothekswesen du D" O. Harting (août) un article étudié sur le livre si original et si curieux de Richard de Bury, the Philobiblon, à propos de l'édition qu'en a récemment donnée à Londres M. E.-C. Thomas.

- Murray's Magazine a commencé au mois de juillet une étude bien faite sur l'Art de la récitation (the Art of Recitation), par M. Cliffard Harrison.

La Deutsche Revue, que dirige M. Richard Fleischer, publie un article de M. Camille Flammarion sur la tour Eiffel et son importance scientifique: Der Eiffelturm und Seine Bedentung für die Wissenschaft.

Nous recommandons la lecture, dans the Nineteenth Century pour le mois d'août d'un article bien spirituel et bien plein de sens à la fois, intitulé A Breakfast-Party in Paris (Un déjeuner à Paris) par M. Frederic Harrison.

La Deutsche Rundschau d'août contient plusieurs articles qui méritent d'être signalés: Die Deutschen und die Französische Revolution, par lady Blennerhassett; un essai sur Mary Wollstonecraft, signé Helen Zimmem, et une étude de M. Julius Lessing sur le nouveau Musée d'art industriel de Vienne : Die Ausstellung des Oesterreichischen Museums fiir Kunst und Industrie in Wien.

États-Unis. A noter tout particulièrement dans the Atlantic Monthly, de Boston (août), une étude très sympathique en somme et malgré des réserves dont on ne saurait s'étonner, sur A Paet of French Canada, M. Fréchette, l'auteur, que nous commençons à connaître, de PêleMéle (Montréal, 1877), les Fleurs boréales ; les Oiseaux de neige (Paris, 1881); Légende d'un peuple (1887), etc. L'auteur, M. Paul T. Lafleur, a un nom français ; il connait et sent la littérature française, et c'est plaisir que d'entendre parler de soi par de telles bouches et en de tels termes en pays étrangers. Nous signalerons également dans le même numéro quelques pages sur la vie d'Emerson à Concord, à propos d'un livre récent, et un court article sur Mme de Staël.

- Nord und Siid, la revue dirigée par M. Paul Lindau, à Breslau, publie (août) une traduction assez bien faite d'un petit ouvrage en prose de M. François Coppée: Une idylle pendant le siège.

Angleterre. The Athenæum du 3 août contient un bon compte rendu de la deuxième

Les heureux possesseurs du livre de M. Octave Uzanne, l’Éventail, et tous ceux qui s'inté

ressent à ces charmants et luxueux bibelots, nouveau, the Cash Value of a Book Review, et liront avec plaisir, dans le Harper's Magazine article de M. Henry Bernard Carpenter sur d'août, un article gentiment illustré, intitulé the un sujet qui appartient de plus en plus à l'histoire Fan et signé Louisa Parr. Nous remarquons, ancienne : the Poetry of Poverty. dans le même numéro, une belle étude de M. Théodore Child sur l'art russe (the Kremlin

Italie. and Russian Art).

La Nuova Antologia de Rome contient, dans son numéro du jer août, plusieurs

articles intéressants pour le public français : un Nous avons lu avec intérêt dans the Nation

essai sur Silvio Pellico, par Enrico Panzacchi; du 1er août une assez longue étude sur l'Histoire une étude sur les institutions de la France depuis de Guillaume II de M. Edouard Simon, signée 1789 (le Costituzioni della Francia dal 1789., par J. K. P. et datée de Berlin. Le Reviewer se félicite Luigi Palma, et l'Italia nel canto di G. Leopardi du jugement hautement favorable que M. Simon e ne, canti de'poeti anteriori, par G.-A. Cesareo. porte sur le jeune empereur.

Suisse, A lire dans la Bibliothèque univerNous signalerons, dans the North American selle et Revue suisse du mois d'août un article Review d'août, quelques pages poignantes où remarquable comme tout ce qui sort de la plume M. O. B. Bunce cherche à déterminer l'influence de M. Rod : la Jeunesse de Gæthe; Gæthe et que peut avoir la critique sur la vente d'un livre Herder à Strasbourg.

[graphic][subsumed][merged small][merged small][merged small]

M. Bouscatel, qui, sous le pseudonyme d'Édouard de Sutil, s'était fait une place distinguee de reporter dans la presse parisienne, vient de succomber subitement (août). Il était dans sa soixantecinquième année.

Nous apprenons (juillet) la mort de M. Amédée Boitel, inspecteur général honoraire de l'enseignement agricole, professeur à l'Institut agronomique, membre de la Société nationale d'agriculture, ancien élève de l'ecole de Grignon, professeur à l'Institut agronomique de Versailles, chargé de l'inspection agricole des établissements penitentiaires. M. Boitel laisse de sa carrière administrative et de son enseignement des souvenirs durables, notamment dans son ouvrage intitulé : Herbages et prairies naturelles. En ces dernières années, il avait préparé la publication de son cours, remarquable par la précision des connaissances, par la portée des vues et surtout par un sens éminemment pratique; nous espérons que le livre paraitra.

On annonce la mort de M. Wladimir Gagneur, député du Jura (août).

M. Gagneur était né à Poligny. En 1848, il publia divers écrits : le Crédit à bon marché, la Monarchie et la République passées au crible par un paysan du Jura, etc.

Il fut une des victimes du coup d'État de décembre. Pris les armes à la main dans le Jura, où il venait de coopérer à la résistance, il fut condamné à la déportation à Cayenne. Mais il tomba malade, et on se

Le docteur Cabrol,

mo ecin principal des armées, commandeur de la Légion d'honneur,

« AnteriorContinuar »